Inscription à notre newsletter

Suivez notre actualité, nos dernières innovations et découvrez nos publications en avant-première.
N'attendez plus et inscrivez-vous !

Sélectionner votre profil

[recaptcha]

Merci de vous etre inscrit !

Sport & Numérique : Un véritable terrain de jeux pour la data et le digital

Donnez-nous votre avis sur cet article
Envoi
User Review
5 (1 vote)

Par Valentin Fenniche, Practice Manager, Umanis
.
Lorsque vous enfilez vos chaussures de sport, prêt à courir, à renvoyer une balle ou mettre toutes vos forces dans la frappe de votre raquette, vous ne pensez pas forcément digital (et data). Et pourtant ! Vos chaussures vous indiquent votre distance parcourue, l’angle d’une passe, la puissance de votre revers et même l’amplitude de votre swing. Le sport, comme tant d’autres domaines, ne déroge pas à la règle et passe à l’heure du numérique. Selon le groupe IHS Electronics and Media, c’est environ 250 millions d’objets connectés lié au sport qui devraient se vendre dans le monde en 2017.

Les particuliers sont en train de passer au self-quantified. Les ballons et mêmes les selles de vélo sont truffés de capteurs. Pour les associations et les clubs sportifs, l’enjeu est de mieux exploiter toutes les données mais aussi d’en profiter pour moderniser tous leurs processus. Quelles sont ces nouvelles technologies qui changent la vie des organismes ? Comment analyser et exploiter les data issues du sport ? Quels sont les nouveaux usages ? Bref, en quoi le numérique transforme –t-il le monde du sport ? Voici un extrait des derniers projets que nous avons mené dans ce domaine. Bienvenue à votre séance d’entrainement 2.0 !

.
Faciliter la vie des clubs par la Data

Les organismes du sport en rêvent : éviter les heures perdues à vérifier les données, à corriger les informations mal saisies ou à organiser un tournoi. Le digital l’a fait. Les fédérations et autres clubs tendent aujourd’hui à mettre en place des solutions numériques pour éviter la perte de temps mais aussi utiliser les données pour optimiser leur fonctionnement.

La Fédération Française de Football (FFF) est actuellement en pleine mutation digitale. Le programme ? La dématérialisation des feuilles de match.
Chaque semaine en France, ce sont près de 40 000 matchs qui se jouent –toutes ligues et équipes confondues.. Chaque semaine c’était donc autant de feuilles de match manuscrites rédigées sur le bord des terrains de foot de l’hexagone multipliant ainsi les risques d’erreurs telles que : mauvaise saisie, feuilles illisibles, feuilles perdues, problèmes de gestion disciplinaires (notamment les cartons jaunes/rouges qui ne remontent pas toujours à temps à la FFF). Bref, une infinité d’erreurs qui ont des conséquences tant sportives que juridiques.

L’année dernière, l’association a décidé de faire appel à Umanis pour dématérialiser ses feuilles de match. Une application inscrite au schéma directeur de la FFF a donc été pensée et mise en place, permettant une interaction quasi immédiate avec le système d’informations de la FFF (FOOT 2000). L’application, utilisable depuis un navigateur et téléchargeable sur les 3 grand stores du marché, fonctionne même lorsque l’on n’est pas connecté (en effet il est rare de trouver du Wifi sur un terrain de football). Ce nouvel outil permet :

  • A l’entraineur de préparer son équipe la veille d’un match,
  • A l’arbitre de saisir l’ensemble des faits de match et de les transmettre instantanément à la FFF d’exploiter des données statistiques relatives aux joueurs et aux matchs.
.
Digital : Évidemment, tout se passe dorénavant sur tablettes !

Un autre exemple d’application numérique améliorant le quotidien des organismes sportifs est celui du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF). Il s’agit de la structure nationale du mouvement Olympique, dans laquelle on retrouve des CROS (Comités Régionaux..) et des CDOS (Comité Départementaux…). Au total, 130 structures ayant des activités quasi similaires et qui, sur l’ancien extranet, ne communiquaient pas entre elles, produisant parfois mêmes des projets identiques. Une organisation qui demandait à être optimisée en profondeur.
Cette année, Umanis a travaillé avec le CNOSF sur la refonte de cet extranet sous Microsoft SharePoint.

Ce dernier dispose désormais d’un espace collaboratif, proche d’un réseau social privé. L’ensemble des structures peuvent ainsi communiquer entre-elles, partager sur les sujets en cours et réutiliser des informations et des documents. Il est également possible de concevoir des projets, de travailler conjointement et les modifier online. Terminé, donc, les échanges de centaines de mails : place au travail collaboratif interactif, avec mise à jour en ligne des documents.


Jean Pierre Siutat, Vice-président délégué du CNOSF & Président de la Fédération Française de Basketball :
«LE CNOSF est très satisfait de la mise en place de ce nouvel extranet. Le travail est beaucoup plus fluide et les informations sont toutes actualisées ».


Mieux exploiter les data

Ce qui compte réellement dans le milieu du sport, ce sont les performances des athlètes et les résultats sportifs mais également la mesure de la performance des institutions (fédérations / clubs / centres de formations…). Du coup, tous les moyens sont bons pour améliorer ces derniers points. Les données et leur exploitation font partie intégrante d’une stratégie d’équipe ou d’un sportif. Grâce à elles, les entraineurs disposent d’un grand nombre d’indicateurs structurés, pour par exemple constituer la meilleure équipe possible.

C’est ainsi que la FFF a une nouvelle fois fait appel à Umanis, pour accompagner la mise en œuvre d’un outil de datavizualisation. Avant la mise en place de cet outil, chaque service de la fédération avait ses indicateurs propres, sous différentes formes avec des champs d’interprétation tout aussi divers. Il y avait donc des divergences récurrentes entre les analyses de chacun et la comparaison de chiffres souvent différents même si souvent ils exprimaient dans le fond la même idée !

Un chantier a donc été mené sur les données de référence métiers afin de s’assurer de leur qualité, puis des tableaux de bord interactifs et dynamiques sous Tableau Software permettent maintenant aux utilisateurs de s’appuyer sur des analyses partagées avec des indicateurs pertinents (et à jour). Ils ont même une vue cartographique et peuvent même aller plus loin dans l’analyse en explorant les résultats en toute autonomie (requêtage ad hoc). A terme, c’est plus de 200 utilisateurs qui sont concernés.


Armelle Kus Saint-Supery, DSI à la Fédération Française de Football :
« Cet outil de dataviz donne l’opportunité à tous les métiers de la FFF d’analyser leurs données, pour ensuite les exploiter en toute autonomie : suivi des licenciés, développement des pratiques, suivi des joueurs, détection des futurs potentiels… En matière d’analyse de données, le football est l’un des sports les plus demandeurs, avec plus de 2 Millions de licenciés recensés en France. Avec cet outil, nous entrons dans une nouvelle ère où la performance se mesure plus précisément et surtout quasi instantanément ».

Umanis aura d’ailleurs le plaisir de recevoir la FFF qui viendra partager son retour d’expérience lors d’un 5 à 7 dédié à la Datavizualisation qui aura lieu à priori le 2 juin 2016. Vous pouvez vous pré-inscrire auprès d’Aminata Dia (adia@umanis.com) ou sur notre Media’Tech


Améliorer l’expérience utilisateur

La modélisation mathématique est une autre manière d’exploiter les data, pour les coachs et autres joueurs. Au tennis par exemple, les joueurs sont de plus en plus équipés de raquettes connectées, équipées de capteurs. Depuis le début de l’année 2015, Rafael Nadal, 5ème mondial à l’ATP, joue avec une raquette connectée. L’objet ressemble à n’importe lequel, son poids et son calibrage restent les mêmes. Mais dans le manche, on trouve une batterie, une carte mémoire et surtout, des micro-capteurs, qui récoltent les data en temps réel sur le joueur : vitesse et mouvements par rapport au revers ou coup droit.

En fait, lorsque l’on allume sa raquette, celle-ci transmet via bluetooth une multitude d’informations pertinentes au joueur et à son coach. Dans un sport où les scores évoluent très vite comme au tennis, il s’agit d’une véritable innovation qui permet de revoir et d’adapter sa tactique et son jeu en milieu de match.

Tout le monde n’est pas champion du monde, loin de là. Pourtant, le nombre de sportifs « du dimanche » ne cesse d’augmenter et les salles de sport n’ont jamais été aussi à la mode. En outre, l’application RunKeeper, téléchargée près 30 millions de fois, est devenue le coach virtuel de tout autant d’individus. La véritable cible du numérique dans le sport, c’est bien eux, ces consommateurs anonymes qui ne demandent qu’à vivre une expérience sportive adaptée à leurs besoins.

Les amateurs sont également de plus en plus friands d’objets connectés. En 2017 d’ailleurs, selon le groupe IHS Electronics and Media, c’est environ 250 millions de gadgets et capteurs de sport qui devraient être vendus à travers le monde. Capteurs de pas et vélos connectés font désormais les joies des cadeaux de Noël. Les marques de sport, dans leur envie d’aller toujours plus loin dans les technologies, se mettent à vendre toutes sortes de gadgets. Il y a quelques mois, une startup spécialisée dans les technologies pour l’équitation a créé un capteur que l’on fixe à la sangle de son cheval, et qui mesure les progrès et la santé de la bête en temps réel. Tout un programme.

Enfin, on ne peut pas parler d’expérience utilisateur sans parler de l’initiative nippone pour les JO de 2020, à Tokyo. Pour l’évènement, le comité a décidé de construire un village olympique entièrement connecté. L’idée ? Robotiser la plupart des services. Demander un conseil à un robot, se déplacer grâce à la robotique, bref : rendre la vie du spectateur toujours plus facile et toujours plus connectée.

Le digital finalement ne fait que donner forme à un magma de data jusqu’ici inexploitables. Par contre, on assiste bien là à une transformation des comportements et des usages. Et, si il y a un domaine qui s’adapte à la révolution numérique, c’est bien celui du sport. Qu’il s’agisse des organismes, des clubs et leurs sportifs, des produits de marques ou encore des amateurs, toutes les innovations sont généralement bien accueillies et surtout, très utiles.

Place au jeu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *