Inscription à notre newsletter

Suivez notre actualité, nos dernières innovations et découvrez nos publications en avant-première.
N'attendez plus et inscrivez-vous !

Sélectionner votre profil

[recaptcha]

Merci de vous etre inscrit !

Les chroniques d’un golfeur – épisode 4

Donnez-nous votre avis sur cet article
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Dans les épisodes précédents, Clément nous révélait les secrets d’une bonne préparation mentale. Découvrez aujourd’hui, le déroulé de la fin de saison 2017. 

Clément Rameaux photo umanis

Après un début de saison encourageant, vos derniers tournois ont été compliqués. Racontez-nous…

Dès que le temps est correct –  ce qui n’a pas été le cas cette année, les tournois se déroulent en Allemagne et en Europe de l’Est. En aout, j’ai participé à l’Open de Pologne et j’ai atteint la 35e position sur 130. Malheureusement, j’ai eu des problèmes de matériel : mon bois 3 s’est cassé. Ensuite, lors du tournoi Bissenmoor classic à Munich, j’ai raté le cut. Un réel coup dur pour cette saison qui s’est annoncé très compliquée. En effet, la semaine suivante, j’ai également cassé mon driver. Ces deux clubs sont primordiaux pour moi. Ce sont les clubs qui vont le plus loin. Mon point fort étant justement de taper loin, je n’ai pas la même confiance dans les autres clubs.

 

Privés de vos deux clubs favoris, comment avez-vous terminé la saison ?

Entre les tournois sous la pluie et le vent, il est vrai que la fin de saison a été assez difficile. Après la casse et les deux cuts manqués, j’ai fait une qualification pour une 2e division européenne. Je suis arrivé 3e ex aequo et au moment du départage, j’ai perdu en mort subite. Je n’ai pas pu jouer le tournoi. J’ai eu l’impression de passer le pire mois de ma carrière…

C’était sans compter ma victoire au tournoi de la ligue de Paris. J’ai gagné avec six coups d’avance. Cette victoire m’a réconforté dans mes choix. Un nouveau message peut changer beaucoup lorsque l’on s’entraine tous les jours. Je ne regrette pas cette année. Il s’agit maintenant d’être plus efficace pour tenir toute la saison prochaine.

 

La saison étant quasiment clôturée, quels sont vos projets pour 2018 ? 

Aujourd’hui, je remets une équipe en place autour de moi au niveau du coaching. Je compte retourner vers mon ancien coach de renom, Michel Vanmerbeck. Il travaille avec des joueurs du top 50 mondial tel que Nicolas Colsaerts. Je l’ai connu lorsque j’étais encore amateur. L’idée est de le voir en tant que master, plusieurs fois par an, afin qu’il valide le travail effectué avec mon coach régulier. Avec ce coach, nous allons le voir ensemble pour définir les séances d’entrainement et aller dans son sens.

Le haut niveau demande d’être entouré de personnes de haut niveau. C’est une de mes erreurs de la saison. Pour la prochaine, mon objectif est de me placer dans le top 5. Cette année a été ma première saison complète. Nous disposions uniquement des carnets de parcours avec les photos des trous mais sinon je ne connaissais pas les parcours. L’année prochaine, je mettrai les pieds dans des endroits connus. Ce qui constitue un réel gain de temps.

 

Avant le début de la saison prochaine, en janvier 2018, comment allez-vous organiser vos mois de répit ?

Je vais poser les clubs au moins trois semaines. Je n’ai eu quasiment aucune coupure. Ce ne sera pas des vacances… Mon objectif est de réaliser un travail foncier sur mon physique pendant deux mois. Le but est de travailler tout le corps en faisant du crossfit pour prendre en muscle et en masse afin de tenir toute la saison suivante. Je vais également suivre une formation de sophrologie pour le mental.

L’objectif est de faire un hiver avec un entrainement axé sur la qualité et non la quantité. Il s’agit d’être mieux dans mon corps et dans ma tête. Le coup de main avec les clubs est plus facile à reprendre. Je travaillerai sur les clubs dans un dernier temps avec un travail plus intensif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *